Le numérique, la solution post-crise ?

Que restera-t-il de cette crise qui a si durement touché les entreprises, les salariés et notre mode de vie pendant plusieurs mois ? Comment anticiper la suite, préparer son entreprise aux prochains chamboulements ? Si la technologie a été un remarquable outil pour préserver nos relations à distance et assurer un fonctionnement normal pour certaines entreprises, d'autres n'ont pas eu cette chance...

Pendant ces périodes mouvementées, nos priorités sont bouleversées. Que cela soit dans le cadre privé ou professionnel, nous avons tous dû nous adapter rapidement à ces nouvelles contraintes et trouver des solutions. Pour un entrepreneur, la sauvegarde de son entreprise était sa première priorité. Baisse des commandes, impossibilité de faire travailler ses salariés, difficulté de mise en place du travail à distance, fournisseurs à l'arrêt, complexité de certaines mesures sanitaires, il a fallu jongler avec beaucoup d'éléments nouveaux. Ainsi, l’opérationnel a pris très largement le pas sur les projets d’investissement futurs et les stratégies commerciales de long terme. Il est clair aujourd'hui que les impacts d’une telle crise seront durables et doivent nous pousser à transformer encore plus vite le monde du travail.

Avant d’approfondir le sujet, prenons quelques instants pour faire un rapide état des lieux du numérique dans notre société. Tout d'abord, c’est une contre-vérité de dire que beaucoup d'acteurs économiques n’avaient pas pris le virage du numérique et n'étaient pas prêts. À l'échelle des grandes structures privées et publiques, un gros travail a déjà été entrepris autour de solutions dématérialisées. Évidemment, elles n’ont pas été toutes à la hauteur du raz-de-marée provoqué par le Covid-19 mais les bases étaient là. En revanche au niveau des PME et TPE, le constat est plus nuancé. Contrainte par des possibilités d'investissements moindres, parfois un manque de sensibilisation et d’accompagnement sur ces sujets, la transformation numérique est disparate et hétérogène. En 2019, 30% des patrons de TPE déclaraient que la transition numérique était déjà faite ou en cours. Autre point marquant dans cette même étude, 45 % des dirigeants indiquent que la transition numérique n'est ni un risque ni une opportunité.

Pour illustrer ce constat, je peux m'appuyer sur mon expérience de ces derniers mois. Lors de nos dernières phases de recrutement chez Wanadev, j’ai rencontré beaucoup de candidats au poste de développeur. Je me suis rendu compte qu'une majorité d'entre eux étaient dans une certaine “précarité” technique malgré leurs années d'expérience. Avec un faible niveau technique, une méconnaissance des solutions du marché et l'utilisation d'outils obsolètes (pas de git, pas de CI/CD, pas de tests, du développement en direct sur le serveur, pas de docker en local...). En creusant le sujet, j’ai découvert différents facteurs à cela : petites équipes de développement, pas ou peu de lead technique, stratégie numérique floue, faible challenge ou encore un pilotage des équipes par la direction commerciale ou marketing. L’aspect technique était passé au second plan et sous le contrôle de personnes faiblement qualifiées pour prendre des décisions sur les choix technologiques ou des méthodes de développement.

Titre_de_l_image Image par Arek Socha de Pixabay

Dans d’autres cas, les projets informatiques sont bien trop parcellaires pour couvrir la problématique globale de transformation. Prenons l’exemple d’un site e-commerce. Si celui-ci n’est pas rattaché correctement à la chaîne logistique, aux logiciels de comptabilité et sans personne responsable de sa gestion et de son développement, il peut rapidement être un véritable poids au sein de l’entreprise. Il ne faut donc pas le considérer comme un simple nouveau canal de vente, mais il doit s’intégrer complètement à votre organisation.

Je pourrais lister d’autres situations où la transformation numérique ne s’est pas faite complètement ou maladroitement, décourageant par la même occasion les entreprises de relancer de tels projets.

Le point de départ d'une stratégie numérique ne doit pas être un simple : “IL NOUS FAUT UN SITE WEB !”. Au-delà de votre présence sur internet, c’est d’abord une analyse systémique de votre entreprise qui permettra de bien définir vos (réels) besoins, la stratégie et les moyens à mettre en place. Et par moyen, je parle d’abord de la volonté de transformer son entreprise en profondeur et de faire confiance aux acteurs spécialisés qui sauront vous guider.

Vous l'aurez compris, surtout ne partez pas la fleur au fusil sans connaissance et sans budget.

Ne pas se lamenter mais innover

Avant la crise du Covid, les termes transfo numérique, phygitalisation, dématérialisation étaient déjà sur toutes les lèvres depuis plusieurs années...mais pas toujours bien compris.

N'enfoncez pas les premières portes entrouvertes que peuvent être e-commerce, la communication sur les réseaux sociaux ou encore la modernisation de votre site Web ! Les chantiers les plus prioritaires sont souvent ceux que vous devrez réaliser en interne. Il n'est pas nécessaire de créer des outils puissants et performants de vente si votre chaîne commerciale et logistique fonctionne encore au papier crayon ! Bon je caricature un peu mais ce qui est vrai, c'est qu'il y a souvent plus à faire dans la mise à jour des outils de production, dans les plateformes collaboratives ou encore dans les applications de gestion client que pour le reste. Si cela est bien fait, vous gagnerez à coup sûr en confort, en suivi et en efficacité.

Comme ce travail va toucher le quotidien de vos collaborateurs, il est nécessaire de définir des objectifs clairs, précis, en les expliquant. Chaque salarié doit ainsi comprendre tous les bénéfices qu'il pourra tirer de ces changements d'un point de vue personnel. Tout le monde doit être intégré à cette mutation, tout le monde doit pouvoir y participer !

Titre_de_l_image Image par Andrew Martin de Pixabay

Alors n’ayez pas peur de vous lancer, de réunir des personnes compétentes pour vous accompagner, que cela soit au niveau de votre stratégie numérique, de la rédaction des cahiers des charges et de la réalisation technique. On ne s’improvise pas directeur technique comme cela, donc si vous n'avez pas les compétences en interne, allez les chercher ! Vous pouvez faire appel, par exemple, à des prestataires ou des directeurs techniques par intérim pour réaliser ces audits.

Quelle que soit la taille de votre structure, vous pouvez entreprendre ces chantiers. Si cela a un coût, ces investissements vous permettront de suivre la tendance des marchés qui demande toujours plus de services et toujours plus de réactivité. La technologie n'a jamais été aussi importante et décisive sur tous les secteurs d'activités. Longtemps les grosses entreprises du secteur informatique ont été vues comme des ogres grignotant des parts de marché, s’installant dans de nouveaux secteurs et écrasant tout par leur puissance de frappe. Mais n’oublions pas que malgré leur taille, ce sont d’abord leurs stratégies d’innovation (au sens large) qui leur ont permis d’avoir une longueur d’avance sur les autres. C'est un pari dans l’avenir, c'est savoir s'adapter.

Quelques questions à se poser :

  • Comment va évoluer mon marché ?
  • Comment se développent mes concurrents vis-à-vis de la technologie ?
  • Quel âge ont mes clients aujourd'hui, quels seront mes clients dans 10 ans ?
  • Comment rendre mon activité plus efficace et plus gratifiante pour mes collaborateurs ?
  • Comment répondre aux exigences de mes clients ?
  • Comment me démarquer des concurrents ?

Une innovation positive

Alors évidemment pour chaque taille d’entreprise, chaque besoin, les solutions ne seront pas les mêmes. Il faut réaliser un plan sur mesure. Imposer une solution mal adaptée en l'intégrant au chausse-pied sera aussi néfaste que contre-productif. Ces outils doivent s'intégrer correctement à votre entreprise tout en repensant la logique poste par poste. Si le progrès est souvent vu comme pouvant être l’ennemi de l'emploi, à vous de démontrer qu'il peut au contraire libérer chaque collaborateur des tâches ingrates : automatiser les tâches répétitives, limiter les erreurs et se libérer du temps pour un travail plus intellectuel et plus intéressant.

Titre_de_l_image Image par Sabine Schulte de Pixabay

Une première étape facile consiste à lister les tâches que réalisent vos collaborateurs régulièrement : saisie d’un bon de commande, synchronisation des stocks entre plusieurs outils, re-traiter un devis à la main, gérer l’agenda de vos équipes terrain sur papier... Évaluez ensuite le degré d’automatisation de chacune, si elles peuvent être réalisées à distance et leur valeur ajoutée. Vous définissez déjà un premier socle de besoin.

Pour vous aider, voici quelques exemples en fonction des services :

  • Administratif: Partage des fichiers, dématérialisation de documents, signature électronique...
  • Marketing/Commerce: Reporting, CRM, outils d'emailing et de relance commerciale pour gagner du temps sur des tâches de prospection
  • Logistique: Gestion en direct des stocks, réapprovisionnement automatique et surveillance des flux...
  • Support: Pilotage à distance, optimisation des contrôles qualité...

Alors, même si vous n'avez pas de connaissance technique dans le numérique, prenez conscience que l'innovation n'est pas simplement une bonne idée mais surtout un principe à appliquer au quotidien. Cela peut partir d’un besoin aussi simple que l’amélioration du confort de travail.

Quelques idées à creuser :

  • Des outils de communication et de collaboration modernes pour vos équipes ?
  • Vos outils du quotidien sont utilisables depuis l'extérieur ?
  • Remplacer les postes fixes par des portables avec un écran fixe pour préserver un bon confort de travail
  • Permettre d'accéder à votre réseau d’entreprise depuis l'extérieur via des VPN
  • Avoir un canal de vente numérique
  • Pouvoir communiquer rapidement auprès de ses clients, fournisseurs

Des ressources pour aller plus loin

Voici quelques ressources qui retracent les grandes étapes d'un projet informatique :

Source : https://www.lesechos.fr/economie-france/conjoncture/en-france-lindustrie-investit-plus-dans-le-numerique-que-dans-dautres-pays-1153540

Tags de
l'article

bonnes pratiques

Catégories de l'article

Méthodologie

Commentaires

Il n'y a actuellement aucun commentaire. Soyez le premier !

Articles liés